Forum du sourcier

Recherche d'eau - Applications de la pensée
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'eau de l'air

Aller en bas 
AuteurMessage
Ixia
Administrateur
avatar

Féminin Localisation avec N° dép : 04
Date d'inscription : 09/03/2012

MessageSujet: L'eau de l'air   Sam 07 Juil 2018, 19:18

Je poste ici un article dont " Sphinx" ( ex Aïto) vient de m'envoyer le lien...Je le trouve particulièrement intéressant.. study


Citation :

  • [url=javascript(0);][/url]
  • [url=javascript(0);][/url]


  • [url=javascript.print()][/url]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image](Crédits : Adam Ján Figeľ - Fotolia.com)        Alors que 2,1 milliards de personnes dans le monde n'ont toujours pas accès à l'eau potable salubre, la start-up Majik Water a développé un nouveau procédé pour obtenir le précieux liquide. Grâce à des matériaux hydrophiles et à l'énergie solaire, il est possible de capturer l'eau présente dans l'air. Une récolte propre, sûre, et parfaitement potable.  
L'eau sera l'un des grands dossiers environnementaux de demain. La start-up kenyane Majik Water l'a bien compris. Fondée par trois femmes, elle s'est fixée comme objectif de mettre au point un nouveau procédé permettant d'obtenir une eau propre et potable, le tout à un prix abordable. Car à l'heure actuelle, 2,1 milliards de personnes n'y ont toujours pas accès, soit 30% de la population mondiale.
Selon l'Organisation des Nations-Unies, d'ici 2025, 1,8 milliard d'êtres humains, essentiellement en Afrique et en Asie, vont même vivre dans la crainte d'une pénurie chronique en eau. Les méthodes traditionnelles pour remédier à cette situation nécessitent des investissements importants, et impliquent des délais de réalisation longs. A court terme, il est devenu vital de trouver une autre solution, notamment pour les régions les plus reculées et les plus arides. Cette solution, Majik Water est sur le point de l'apporter.

L'eau de l'air



Si l'eau se fait rare dans le sous-sol, elle est présente ailleurs, en quantités importantes, sans vraiment que l'on en prenne conscience. Comme l'affirme Majik Water : « Si tu as de l'air, tu peux avoir de l'eau potable ». Car c'est bien avec du vent que la start-up kenyane compte produire de l'eau.
Selon les estimations, il y aurait en effet six fois plus d'eau dans l'air de l'atmosphère terrestre que dans toutes les rivières de la planète. Majik Water a inventé un procédé qui, grâce à des matériaux hydrophiles, permet de capturer cette eau propre, sûre, et parfaitement potable.
L'idée originale vient de Beth Koigi, devenue experte du marché de l'eau après avoir souffert, durant sa jeunesse au Kenya, du prix exorbitant d'une eau publique pourtant encore souvent impropre à la consommation. Elle a créé ses propres filtres, qu'elle a vendus à 5 000 exemplaires à travers le pays ces cinq dernières années. Beth Koigi s'est ensuite associée à Anastasia Kaschenko, scientifique environnementaliste, et Clare Sewell, économiste et entrepreneure au Malawi, pour fonder Majik Water.

Dix litres par jour



Leur prototype promet dix litres d'eau potable par jour, tirés de l'air ambiant, grâce à la seule énergie solaire. Soit un coût moyen inférieur à 0,01 dollar le litre. L'équipement, qui peut être manipulé par tout un chacun, a notamment été testé au Ames Research Center de la NASA, à Moutain View, dans la Silicon Valley, où le taux d'humidité -58%- est proche de celui du Kenya. Les résultats se sont révélés très convaincants. Même dans les climats plus arides, l'appareil parvient à capturer l'humidité ambiante et à obtenir de bons rendements.
Les observateurs du secteur de l'énergie ne s'y sont d'ailleurs pas trompés lorsqu'ils ont remis, le 19 décembre dernier, le premier prix du concours EDF Pulse Africa à la jeune start-up. Avec cette dotation de 15 000 euros, et un possible partenariat technologique et financier avec EDF, Majik Water est bien partie pour révolutionner la vie de millions d'Africains.
         


___________________







[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://sourcier.bbgraph.com/forum
MichelP

avatar

Masculin Age : 65
Localisation avec N° dép : 7387 Belgique
Date d'inscription : 11/08/2014

MessageSujet: Re: L'eau de l'air   Dim 08 Juil 2018, 00:50

Est-ce que par cette méthode, on ne va pas créer un déséquilibre dans le système ?

J'ai l'impression que l'on va encore perturber la nature.

Siffle
Revenir en haut Aller en bas
fontgrive
Administrateur
avatar

Masculin Age : 58
Localisation avec N° dép : montbron 16
Date d'inscription : 10/04/2017

MessageSujet: Re: L'eau de l'air   Dim 08 Juil 2018, 11:38

merci Ixia (et Sphinx) !

H2O (2 molécules d'hydrogène et une molécule d'oxygène)

comme beaucoup j'ai un souvenir aussi d'un cours de physique chimie avec la démo du prof et un grand boom ! TropBien 

Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Ixia
Administrateur
avatar

Féminin Localisation avec N° dép : 04
Date d'inscription : 09/03/2012

MessageSujet: Re: L'eau de l'air   Dim 08 Juil 2018, 17:39

Le désert chilien d'Atacama étanche sa soif grâce au brouillard

Alto Patache (Chile) (AFP) - Capturer les gouttelettes de la Camanchaca, la brume qui souffle chaque matin le long de la côte chilienne, c'est l'objectif des "attrape-brouillard", ces filets installés dans l'endroit le plus sec au monde: le désert d'Atacama.
Placés face au vent, ces filets de polypropylène de quelques mètres carrés, accrochés entre deux poteaux, attendent patiemment le brouillard, dont les gouttes d'eau resteront coincées dans les mailles avant de glisser lentement jusqu'à des récipients.
Une technique simple et efficace: un mètre carré de filet peut récupérer en une seule journée jusqu'à 14 litres d'eau, explique à l'AFP Camilo del Rio, chercheur de l'Institut de géographie de l'Université catholique de Santiago. La moyenne tourne autour de 7 litres d'eau quotidiens.
L'université a mis au point, dans la ville d'Alto Patache (nord), un centre de recherche sur cette technologie.
Celle-ci, brevetée au Chili, a depuis été exportée au Pérou, au Guatemala, en République dominicaine, au Népal, en Namibie ou encore aux îles Canaries (Espagne). D'autres pays utilisent le même principe, mais avec des arbres chargés de recueillir l'eau de la brume.

L'eau récupérée a le même goût que l'eau de pluie, mais elle n'est pas parfaitement potable, portant en elle des minéraux marins et pouvant même contenir des bactéries.
Mais "sa transformation en eau potable n'est pas compliquée et ne coûte pas cher, si l'on veut l'utiliser pour la consommation humaine", explique Camilo del Rio. "Il n'y a aucun problème si on l'utilise pour d'autres activités" comme l'arrosage ou l'hygiène.
- Horizon limpide -
A Alto Patache, deux attrape-brouillard couvrent parfaitement l'alimentation en eau de la station de recherche scientifique, composée de six dômes blancs qui abritent des chambres, une cuisine et une salle de bains.
L'eau recueillie s'écoule ensuite normalement du robinet.
Le site abrite aussi une station météorologique et divers instruments de mesure du brouillard.
Utiliser l'humidité de la brume pour obtenir de l'eau est une idée ancienne, déjà mise en œuvre par les indigènes qui récupéraient l'eau coulant le long des rochers.
Les attrape-brouillard représentent une bonne solution pour alimenter en eau les petites communes côtières du nord du Chili, qui souffrent d'une aridité extrême, dans cette région où il ne pleut presque jamais.
Une quarantaine de ces filets géants fonctionnent actuellement dans le désert d'Atacama. Leurs dimensions varient, mais sont en général de quatre mètres de haut pour huit à dix de large.
La Camanchaca ("obscurité" en langage indigène aymara) est une brume épaisse, apportée par le Pacifique, qui touche le désert chilien tous les matins à l'aube, avant de se dissiper à mesure que le soleil se lève.
Quand elle se dégage totalement, les ciels d'Atacama offrent un horizon des plus limpides. Un cadre idéal pour l'observation des astres, d'où la présence des plus importants télescopes au monde dans ce désert.
Le phénomène de ce brouillard matinal s'explique par la forte radiation solaire que reçoit l'océan Pacifique dans cette zone constamment balayée par le vent, ce qui entraîne une grande évaporation.
En cheminant vers le continent, cette masse d'air se refroidit au contact du courant de Humboldt et des sommets enneigés de la cordillère des Andes: c'est ce qui donne naissance à la Camanchaca.
- Stocker le précieux liquide -
"Cette brume est une bénédiction", affirme Camilo del Rio. "Nous sommes dans un environnement désertique, super aride (...) mais nous avons cette humidité en provenance de la mer".
Seul inconvénient des attrape-brouillard, l'inconstance. Dans le cas chilien, la collecte d'eau varie selon les années et les saisons, diminuant par exemple en automne et en été.
"Si nous voulons faire de ce système une ressource hydrique valable pour la consommation humaine, alors nous devons nous assurer qu'elle puisse être durable dans le temps", explique Camilo del Rio.
La clé est donc de bien stocker le précieux liquide, souligne Pablo Osses, chef de projet de l'institut de recherche de l'université catholique. Il faut aussi rendre la technologie plus prévisible, pour que les habitants sachent à quelles quantités s'attendre.
"Le défi, dans l'étude du brouillard, est de pouvoir le transporter et l'amener jusqu'aux communautés", souligne Nicolas Zanetta, coordinateur de la station de Alto Patache.
"Près de la station, il y a des petits villages qui n'ont pas d'eau potable et doivent constamment être approvisionnées par des camions-citerne, et il y a des problèmes dans la distribution", raconte-t-il.
Certains exemples donnent de l'espoir. Dans la région de Coquimbo, à quelque 400 km au nord de Santiago du Chili, 2.000 habitants sont déjà alimentés en eau grâce aux attrape-brouillard. Et ces gouttes de brume servent aussi à concocter une bière artisanale locale.

___________________







[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://sourcier.bbgraph.com/forum
goupil
Administrateur
avatar

Masculin Age : 59
Localisation avec N° dép : Paris
Date d'inscription : 28/11/2008

MessageSujet: Re: L'eau de l'air   Lun 09 Juil 2018, 10:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On développe de plus en plus ce genre de tour à eau qui travaille par condensation. Simple, écologique et efficace. Il y a tant d'humidité dans l'air qu'on ne risque pas bouleverser les équilibres de cette façon. Mais le rendement est assez faible...
Revenir en haut Aller en bas
bru

avatar

Masculin Age : 42
Localisation avec N° dép : 06
Date d'inscription : 15/11/2013

MessageSujet: Re: L'eau de l'air   Mar 10 Juil 2018, 08:01

il y a 5 ans j'avais vu un tel engin ici dans un salon, pas un proto. C'était déjà en vente.
Cela ressemblait à une grosse clim.
Ils récupéraient plusieurs litres (suivant environnement) d'eau par jour.
C'était une start-up du 06.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sourcier-paca.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'eau de l'air   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'eau de l'air
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du sourcier :: LIENS, LIVRES, REPORTAGES :: Liens-
Sauter vers: